Radio MCR

Radio partenaire

En ce moment

Titre

Artiste


Le Vétirable Jour du Sabbat | La Défense – Partie 1

Écrit par sur 7 novembre 2020

« Et ils adorèrent le dragon parce qu’il avait donné l’autorité à la bête: et ils adorèrent la bête . . . Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l’Agneau qui a été immolé. » (Apocalypse 13:4-6, 8, LSG)

Cette prophétie, consignée dans le dernier livre de la Bible, est un regard révélateur vers un avenir très proche. Elle affirme que le conflit final entre les forces du Bien et les forces du Mal concernera l’adoration.

Le fait que la bataille concernant l’adoration figure de manière prédominante dans les prophéties du conflit final implique qu’il y ait quelque chose de différent, deux croyances belligérantes, dans le domaine de l’adoration, sans précédent sur la scène religieuse mondiale.

Cette controverse ne peut concerner que le jour d’adoration, car c’est par le jour d’adoration qu’on exprime sa fidélité à la divinité qu’on adore. Yahuwah Lui-même a souligné l’importance du jour où Il devait être adoré quand Il a rappelé:

Le septième jour est le Sabbat de Yahuwah ton Elohim. (Voir Exode 20:10).

Au cours des dernières années, une lumière grandissante sur le Sabbat a révélé une vérité oubliée depuis longtemps: le fait que le vrai Sabbat ne peut être trouvé qu’en utilisant l’ancient calendrier hébraïque, le calendrier de la Création.

Plusieurs objections se sont élevées contre cette nouvelle vérité étonnante. Certaines personnes se précipitent vers leurs pasteurs avec la question pressante: « Ces choses sont-elles vraies? » D’autres se sentent désorientés par des contradictions apparentes. De nombreux articles et vidéos ont été produits, prétendant démontrer l’ « erreur » dans la croyance au Sabbat lunaire.

Un examen attentif des Ecritures révèle la vérité. A la lumière des Écritures, les « preuves » contre le Sabbat lunaire se trouvent être en contradiction avec les Ecritures, l’histoire, et la manière dont Yahuwah oeuvre.

Voici 10 objections courantes soulevées contre le Sabbat Lunaire Biblique, et leurs réponses respectives.

OBJECTION N°1: « Si le Sabbat lunaire est vrai, pourquoi n’en avons-nous pas entendu parler avant? Cela ne peut pas être vrai car Dieu n’aurait jamais permis que le Sabbat soit à ce point perdu et oublié !! »

RÉPONSE: Puisque le Sabbat est d’une importance primordiale, c’est une hypothèse que beaucoup ont faite. Cependant, c’est une supposition erronée. L’Écriture elle-même prophétise que le vrai Sabbat viendrait à être oublié.

Yahuwah était comme un ennemi . . . Il a fait violence à Son tabernacle . . . Il a détruit le lieu de Son assemblée; Yahuwah a fait oublier en Sion les fêtes et le Sabbat. (Voir Lamentations 2:5-6, NKJV traduction)

Quand la vérité n’est pas chérie comme elle devrait l’être, Yahuwah l’emporte pour la garder en lieu sûr. Lorsque les premiers Chrétiens acceptèrent le compromis, embrassant le paganisme, Yahuwah Lui-même a fait oublier les Sabbats.

« Je ferai cesser toute sa joie, ses fêtes, ses Nouvelles Lunes, ses Sabbats – toutes ses solennités. » (Osée 2:13 LSG)

Mais la promesse est que, dans les derniers jours, la vérité serait restaurée :

« Parce que Mon peuple M’a oublié, . . . il a été conduit à chanceler dans ses voies, à quitter les anciens sentiers. . . ». (Jérémie 18:15, NKJV traduction)

Ainsi parle [Yahuwah]: « Placez-vous sur les chemins, et regardez, Et demandez quels sont les anciens sentiers, quelle est la bonne voie, Et marchez-y; Ainsi vous trouverez le repos pour vos âmes! (Voir Jérémie 6:16, NKJV traduction)

« Les tiens rebâtiront sur d’anciennes ruines, Tu relèveras des fondements antiques; On t’appellera réparateur des brèches, Celui qui restaure les chemins, qui rend le pays habitable. Si tu retiens ton pied pendant le Sabbat, Pour ne pas faire ta volonté en Mon saint jour, Si tu fais du Sabbat tes délices… » (Esaïe 58:12, 13, LSG)

OBJECTION N°2: « Le cycle hebdomadaire se poursuit de façon ininterrompue depuis la Création. Le Samedi est le septième jour de la semaine, donc bien sûr qu’il est le vrai Sabbat! »

RÉPONSE: Le temps lui-même est continu. Cependant, il existe différentes méthodes pour mesurer ce temps continu. Un cycle hebdomadaire ininterrompu n’est apparu dans le format du calendrier que lorsque les Babyloniens en ont adopté un quelques centaines d’années avant la naissance du Sauveur. Tous les calendriers antiques avaient des cycles hebdomadaires qui recommençaient une fois par mois à chaque Nouvelle Lune, ou annuellement à la clôture de l’année passée.

Sur un calendrier où le cycle hebdomadaire se renouvelle chaque mois, les jours de la semaine se retrouvent toujours sur les mêmes dates du calendrier. Lorsque le cycle hebdomadaire redémarre à la Nouvelle Lune, le septième jour de chaque semaine a toujours lieu au 8e, 15e, 22e et 29e jour du mois.

Les Écritures confirment ce format de calendrier. Il est significatif qu’à chaque fois qu’une date de Sabbat du septième jour est donnée dans l’Écriture, soit directement ou contextuellement, celle-ci se trouve être toujours un 8e, 15e, 22e ou 29e jour du mois. Cela confirme que le calendrier Biblique utilise un mois lunaire dans lequel les jours de la semaine tombent toujours sur les mêmes dates du mois.

OBJECTION N°3: « La lune a été créée le quatrième jour! Elle ne peut pas déterminer le Sabbat, car elle n’était même pas créée avant le quatrième jour de la semaine de la Création! »

RÉPONSE: Cet argument est autant un argument contre le Samedi qu’il l’est contre un Sabbat lunaire. Le Samedi n’apparaît que tardivement dans le calendrier Julien – un calendrier païen – puis dans le calendrier Grégorien moderne : un calendrier papal. Les calendriers Julien et Grégorien sont tous deux des calendriers solaires. Si les lumières créées au quatrième jour ne peuvent être utilisées pour calculer le temps, alors le Samedi doit être rejeté également, parce que le calendrier Grégorien est basé sur le soleil.

En réalité, le soleil et la lune ont tous deux été créés par un décret divin à la Création. Ils ont été créés lorsque l’esprit de Yahuwah les conçut et par Sa bouche ils vinrent à l’existence. Yahuwah a créé de l’âge dans toute chose. Adam et Eve sont de parfaits exemples d’âge créé. Adam n’a pas été créé en tant que fœtus ou nouveau-né, mais en tant qu’homme adulte. De même, les oiseaux et les animaux n’ont pas été créés comme des œufs non éclos ou des bébés animaux aveugles et dans le besoin.

De même qu’un bijoutier règle une montre à l’heure correcte, le Créateur a correctement positionné la lune pour servir précisément de référence pour tous les temps à venir. Lorsque Yahuwah a créé le soleil, Il l’a positionné à un endroit précis pour fournir la bonne température. Il a de même soigneusement et délibérément placé la lune à la position précise nécessaire à l’usage de son système de calcul du temps.

OBJECTION N°4: « Mon pasteur m’a dit que le calendrier luni-solaire était utilisé seulement pour les fêtes, PAS pour le Sabbat! »

RÉPONSE: L’Écriture enseigne une seule méthode de calcul de temps: la calendrier luni-solaire.

Genèse 1:14 déclare:

« Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel, pour séparer le jour d’avec la nuit; et qu’ils servent de signes, et pour les saisons, et pour les jours et les années. « 

Le mot « saisons » vient du mot hébreu, « Mo’ed. »

« Mo’ed, mo’adah: congrégation, rassemblement de fête; rencontre, signal. . . . où [Yahuwah] rencontrait Israël à des moments précis dans le but de révéler Sa volonté. C’est un terme commun pour l’assemblée d’adoration du . . . peuple de [Yahuwah]. » (# 4150, Aides lexicales à l’Ancien Testament, Bible d’Étude par Mot-Clés.)

« Mo’ed » est aussi traduit « saisons » dans le Psaume 104:19:

« Il a fait la lune pour les saisons [mo’adah]. » FMAR

Ceci établit clairement que la lune a été spécialement créée dans le but de calculer les temps d’adoration. 

Les fêtes (mo’adah) de Yahuwah sont toutes décrites dans Lévitique 23. La première fête nommée est le Sabbat du septième jour!

Et Yahuwah parla à Moïse, et dit: « Parle aux enfants d’Israël, et dis-leur: ‘En ce qui concerne les fêtes [mo’adah] de Yahuwah que vous proclamerez être de saintes convocations, toutes celles-ci sont Mes fêtes [mo’adah]. On travaillera six jours: mais le septième jour est le Sabbat du repos, une sainte convocation; vous ne ferez aucun ouvrage: c’est le Sabbat de Yahuwah dans toutes vos demeures. » (Voir Lévitique 23:1-3, KJV traduction)

L’Écriture ne présente pas deux calendriers: un pour le Sabbat hebdomadaire, et un autre pour les fêtes annuelles. De plus, il convient de rappeler que, lorsque la lune a été désignée pour déterminer les temps d’adoration, il n’y avait pas d’autres fêtes! La seule « fête » de la semaine de Création était la fête hebdomadaire: le Sabbat du septième jour. 

OBJECTION N°5: « Jean 7-9 prouve que parfois, le sabbat hebdomadaire tombe sur une date autre que le 8e, 15e, 22e ou 29e jour du mois. Dans ce passage, le Sabbat du septième jour tombe le 23e jour, après le dernier jour de la Fête des Tabernacles le 22e jour du mois! »

RÉPONSE: Jean 7 à 9 est l’une des preuves en faveur d’un Sabbat lunaire. Il relie clairement le Sabbat du septième jour au 22e jour du septième mois. L’histoire commence avec une déclaration faite par le Sauveur au sixième jour de la semaine:

Le dernier jour, le grand jour de la fête, Yahushua, se tenant debout, s’écria : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. (Voir Jean 7:37, LSG)

La fête référencée ici est la Fête des Tabernacles car dans le deuxième verset de Jean 7, il est dit:

« Or, la fête des Juifs, la fête des Tabernacles, était proche. » (Jean 7:2)

La fête des Tabernacles est une fête de sept jours, suivie immédiatement par le Sabbat du septième jour qui, dans Lévitique 23, est appelé une « sainte convocation. »

Parle aux enfants d’Israël, et dis: Le quinzième jour de ce septième mois, ce sera la Fête des Tabernacles en l’honneur de Yahuwah, pendant sept jours. . . Pendant sept jours, vous offrirez à Yahuwah des sacrifices consumés par le feu. Le huitième jour, vous aurez une sainte convocation. (Voir Lévitique 23:34, 36)

La Fête des Tabernacles est une fête de sept jours, commençant au 15e et se terminant le 21e jour du mois.

La Fête des Tabernacles commence toujours le 15e jour du septième mois, ou, le quinzième jour suivant la Nouvelle Lune. C’est une fête de sept jours, se terminant le 21e jour du mois. Ainsi, le jour suivant est un Sabbat du septième jour.

Jean 7 à 9 soutient ceci. L’Écriture stipule que Yahushua se leva et parla au « dernier jour », ce « grand jour de la fête ». Le dernier jour de la fête est le 21e jour. Après que Yahushua ait parlé au peuple:

Chacun s’en retourna dans sa maison. Mais Yahushua se rendit au Mont des Oliviers. Or, dès le matin, Il alla de nouveau dans le temple, et tout le peuple vint à Lui; et, s’étant assis, Il les enseignait. (Voir Jean 7:53, 8:1, 2, NKJV traduction)

Le Sauveur a passé la nuit sur le mont des Oliviers, tôt le lendemain matin, le jour du Sabbat, Il alla de nouveau dans le temple. Ce fut à cette occasion que les Juifs cherchèrent à Le lapider pour blasphème. Cependant:

Yahushua se cacha et sortit du temple, passant au milieu d’eux, et ainsi il s’en alla. Et comme Yahushua passait, il vit un homme aveugle dès sa naissance. (Jean 8:59, 9:1, NKJV traduction) 

Le cœur d’amour du Sauveur ne pouvait se résoudre à s’éloigner sans aider cette âme dans le besoin. 

Il cracha sur le sol et fit de l’argile avec sa salive; et Il oignit les yeux de l’aveugle avec l’argile. Or, c’était un jour de Sabbat que Yahushua avait fait de l’argile et lui avait ouvert les yeux. (Voir Jean 9:6, 14, NKJV traduction)

Certaines personnes ont supposé que ce Sabbat devait être le 23e jour du septième mois. Toutefois, cette hypothèse erronée est basée sur une compréhension incorrecte du « dernier jour, le grand jour » de la Fête des Tabernacles. Comme expliqué dans Lévitique 23, le dernier jour de la Fête des Tabernacles est le 21e jour du septième mois, car elle est seulement une fête de sept jours qui commence au 15e jour, un Sabbat hebdomadaire. Loin de réfuter le Sabbat lunaire, Jean 7 à 9 en réalité le soutient!

OBJECTION N°6: « Mais où le calendrier est-il expliqué dans la Bible? Pouvez-vous me donner un texte? Juste un texte, qui explique comment le calendrier fonctionnait! »

RÉPONSE: Cela semble être une demande raisonnable. Mais est-elle cohérente avec les Écritures Il y a beaucoup de choses dans la Bible qui ne peuvent être prouvées à partir d’un texte unique. De plus, les principes pour sonder la Bible par l’étude sont donnés dans l’Écriture comme suit:

« Car c’est précepte sur précepte, précepte sur précepte; règle sur règle, règle sur règle; un peu ici, un peu là. » (Esaïe 28:10, LSG)

L’étudiant de l’Écriture doit se demander: quel est le poids de la preuve? Lorsque tous les textes sur le même sujet sont réunis, quelle est la conclusion à la question? 

Il est impossible de prouver un Samedi-Sabbat à partir de l’Écriture. La valeur probante des éléments de preuve soutient clairement un Sabbat calculé à partir de la Nouvelle Lune, un Sabbat « lunaire ».

Il n’est pas un seul verset dans la Bible expliquant le format du calendrier luni-solaire, car il était connu de tous! Toutes les nations utilisaient à l’origine un calendrier luni-solaire. 

Une hypothèse commune soutenue par beaucoup est que les semaines Juliennes dans le premier siècle av. J-C et apr. J-C étaient identiques à la semaine moderne, commençant le Dimanche; se terminant le Samedi. Des preuves archéologiques et historiques établissent sans aucun doute qu’à cette époque [1er siècle av. J-C et apr. J-C], la semaine Julienne était une semaine de huit jours! Lorsque la semaine planétaire païenne a finalement été acceptée dans les premiers siècles de notre ère, elle commençait au jour de Saturne (= Samedi; en anglais: Saturn’s day = Saturday), et prenait fin au jour de Vénus, ou, le Vendredi moderne.

La probabilité de trouver une explication du calendrier Julien parmi les écrits des premiers « Pères de l’Église » est de même hautement improbable. Tout comme les auteurs bibliques présumaient que les lecteurs avaient connaissance du calendrier luni-solaire, ainsi les Chrétiens paganisés présumaient que leurs lecteurs avaient connaissance du calendrier Julien, puisque c’était le calendrier alors en usage.

OBJECTION N°7: « Si les Juifs à l’époque du Christ avaient gardé le mauvais Sabbat, Il l’aurait rectifié. Puisqu’Il ne l’a pas fait, nous pouvons sans aucun doute supposer qu’ils gardaient le vrai Sabbat. »

RÉPONSE: Il est vrai que le Sauveur aurait corrigé les Israélites s’ils avaient adoré au mauvais jour. Le fait même qu’Il ne l’ait pas fait est la preuve que, à ce moment là, ils adoraient au vrai jour du Sabbat. Une preuve supplémentaire que les Israélites gardaient le vrai Sabbat au temps où le Sauveur était sur la terre se trouve dans le fait que le Samedi n’existait pas dans le calendrier Julien romain d’alors. Le calendrier Julien avait à cette époque une semaine de huit jours. Les Israélites adoraient toujours en se conformant au calendrier de Moïse, non au calendrier de leurs conquérants romains!

OBJECTION N°8: « Le Samedi est le vrai Sabbat. C’est le jour où les Juifs adorent et ils n’ont jamais perdu le Sabbat. »

RÉPONSE: Il est vrai que les Juifs d’aujourd’hui adorent au Samedi. Il est également vrai qu’ils n’ont jamais « perdu » le concept d’un Sabbat du septième jour. Toutefois, de leur propre aveu, ils ont délibérément mis de côté le calendrier Biblique calculé par la Nouvelle Lune.

« La Nouvelle Lune est encore, et le Sabbat était à l’origine, dépendants du cycle lunaire. . . . » (« Jours Saints », Encyclopédie Juive Universelle, p. 410.)

« Les mois de l’année étaient lunaires, et commençaient avec la nouvelle lune. » (Encyclopédie Universelle Juive, « Calendrier », p. 631.)

« Déclarer le nouveau mois par l’observation de la nouvelle lune, et la nouvelle année par l’arrivée du printemps, ne peut être fait que par le Sanhédrin. Au temps de Hillel II [4e siècle apr. J-C], . . . les Romains ont interdit cette pratique. Hillel II a par conséquent été contraint d’instituer son calendrier fixe. . . . » (« Le calendrier juif; Modification du Calendrier, » www.torah.org.)

Rabbi Louis Finkelstein, un érudit renommé du Séminaire Théologique Juif d’Amérique, a déclaré catégoriquement:

« L’actuel calendrier juif a été fixé au quatrième siècle. » (Louis Finkelstein)

Maïmonide, un érudit juif du Moyen-Age, et la plupart des autres chronologistes juifs conviennent que le calendrier juif moderne est basé sur les « … mouvements moyens du soleil et de la lune, le vrai [calendrier] ayant été mis de côté. » (Maïmonide, Kiddusch Ha-hodesch)

Le fait que les Juifs aujourd’hui adorent au Samedi n’est PAS une preuve que le Samedi est le Sabbat du septième jour des Écritures et ne devrait pas être utilisé comme preuve de quoi que ce soit, sauf d’un changement du calendrier.

OBJECTION N°9: « Dans un calendrier lunaire, vous obtenez parfois huit ou même neuf jours entre les Sabbats. C’est une erreur! Le Sabbat doit venir à chaque septième jour. »

RÉPONSE: Le quatrième commandement déclare que le Sabbat vient après six jours de travail:

Tu travailleras six jours et tu feras tout ton ouvrage, mais le septième jour est le Sabbat de Yahuwah ton Elohim. (Voir Exode 20: 9, 10, KJV traduction)

Il n’y a jamais plus de six jours de travail par semaine dans le vrai calendrier. Le cycle hebdomadaire recommence à chaque nouveau mois, mais les Nouvelles Lunes sont des jours d’adoration.

« À l’origine, la Nouvelle Lune était célébrée de la même manière que le Sabbat; peu à peu elle est devenue moins importante tandis que le Sabbat est devenu de plus en plus un jour de religion et d’humanité, de méditation religieuse et d’instruction . . . » (« Jours Saints », Encyclopédie Juive Universelle, p. 410.)

Les Nouvelles Lunes sont souvent assimilées aux Sabbats dans l’Écriture: 

Ainsi parle Adonaï Yahuwah; « La porte du parvis intérieur, du côté de l’orient, restera fermée les six jours ouvriers; mais elle sera ouverte le jour du Sabbat, elle sera aussi ouverte le jour de la Nouvelle Lune. (Voir Ezéchiel 46:1, LSG)

Puisque les Nouvelles Lunes sont des jours d’adoration, il n’y a jamais plus de six jours ouvrés avant le prochain jour d’adoration. Dans le calendrier solaire moderne, les Nouvelles Lunes ne sont pas même remarquées, encore moins observées comme un jour d’adoration! Et pourtant, la Nouvelle Lune, le jour d’adoration qui représente le fondement pour le calcul Biblique du temps, sera observée sur la nouvelle terre durant toute l’éternité!

« Et il arrivera que De Nouvelle Lune en Nouvelle Lune, Et de Sabbat en Sabbat, Toute chair viendra se prosterner devant moi, » dit Yahuwah. (Voir Esaïe 66:23, NKJV traduction)

Si nous allons adorer le Créateur aux jours de Nouvelle Lune durant l’éternité, ne devrions-nous pas L’adorer en ces jours, dès maintenant?

OBJECTION N°10: « Le Sabbat Lunaire est si difficile à comprendre! La vérité devrait être si simple que même enfant serait capable de la comprendre. Dieu ne ferait pas un test de loyauté sur quelque chose de si difficile à comprendre. »

RÉPONSE: Ni la nouveauté d’une idée, ni la difficulté à la comprendre ne sont de solides raisons pour la rejeter comme une erreur. Le Sauveur Lui-même a prié:

Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père; je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi. (Voir Matthieu 11:25, 26, LSG)

La vérité est que les enfants ont souvent une compréhension plus facile du calendrier Biblique que les adultes! Même un très jeune enfant peut compter jusqu’à sept. La difficulté vient quand on leur exige de mémoriser des noms païens arbitraires pour les jours et les mois.

Le sujet d’un calendrier différent est en réalité plus difficile à saisir pour les adultes parce qu’ils ont passé tant d’années à vivre sous le calendrier Grégorien. Une autre méthode de mesure du temps semble, au premier abord, très difficile à saisir pour eux.

Cette difficulté, cependant, n’est pas une preuve que le Sabbat lunaire est faux. Elle ne fait que confirmer la vérité de l’Écriture, qui prédit: 

« Il proférera des paroles contre le Très-Haut, opprimera les membres du peuple saint, entreprendra de changer le calendrier et la loi. » (Daniel 7:25, BDS)

man deep in thought

Ce sujet est beaucoup trop important pour en déléguer son étude à quelqu’un d’autre, fût-il prêtre ou pasteur. Chacun a la responsabilité d’étudier pour lui-même les vérités de l’Écriture. Yahuwah a promis d’envoyer « l’Esprit de Vérité » pour diriger tous ceux qui veulent connaître la vérité, dans cette vérité. Veuillez, s’il vous plaît, étudier ce sujet essentiel pour vous-même. Étudiez-le avec un esprit ouvert et un coeur prêt à obéir, si l’Esprit Saint vous convainc que cela est vrai.

Winston Churchill est cité comme ayant dit:

« La plupart des gens, un jour ou l’autre dans leur vie, butent contre la vérité. La plupart saute par dessus, la balaie du revers de la main, et s’en retourne à la hâte à ses affaires comme si rien n’était arrivé. » (Winston Churchill)

La vérité est trop importante pour être balayée d’un geste. Une fois qu’elle est présentée, chacun a l’obligation de déterminer pour lui-même s’il en est ainsi ou non, et, dans l’affirmative, d’obéir à cette vérité.

« Quand un homme dans l’erreur, mais de bonne foi, entend la vérité, soit il s’éloignera de l’erreur ou cessera d’être honnête. » (Richard Humpal)

Décideras-tu d’étudier pour la vérité?

Obéiras-tu à cette vérité quand tu la trouveras?

Ta destinée éternelle peut dépendre du choix que tu fais de prendre la parole de quelqu’un d’autre pour vraie . . . ou d’étudier pour toi-même.

Sur le même theme:
LE SABBAT LUNAIRE | LA DÉFENSE – PARTIE 2
LE SABBAT LUNAIRE | LA DÉFENSE – PARTIE 3


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *