Radio MCR

Radio partenaire

En ce moment

Titre

Artiste


Le Vétirable Jour du Sabbat | La Défense – Partie 2

Écrit par sur 7 novembre 2020

La vérité ne se contredit pas. Quand tout ce qui nous entoure n’est que confusion et chaos, la Vérité seule reste inattaquable.

open bibleDans le tumulte ahurissant de nombreuses idées opposées, différentes déclarations contre le Sabbat Lunaire Biblique ont été faites. La plupart d’entre elles sont simplement dues à un manque de connaissance et de compréhension de la vérité.

Tout le monde a hérité d’erreurs et de traditions transmises par le Christianisme paganisé. Cependant, l’Ecriture révèle ses secrets à chaque chercheur de Vérité. Personne n’est contraint de rester dans la confusion et l’erreur.

Voici 7 objections courantes soulevées contre le Sabbat Lunaire Biblique, et leurs réponses respectives.

OBJECTION N°1: « Les observateurs du Sabbat Lunaire ne comptent pas certains jours de la semaine. Leur calendrier est plein de non-jours! »

RÉPONSE: Il n’y a pas du tout de « non-jour » ou de « jour blanc ». Tous les temps doivent être pris en compte et le calendrier luni-solaire Biblique ne laisse aucun temps de côté. Les calendriers solaires et luni-solaires utilisent tous deux la rotation de la terre autour du soleil pour calculer l’année. Puisque l’année solaire est longue de 365,25 jours, le temps supplémentaire est comptabilisé sur le calendrier Grégorien en ajoutant un jour bissextile. Ce jour « bissextile » est le 29 Février et se produit tous les quatre ans.

Sur les calendriers solaires, les mois sont d’une longueur arbitraire et ne sont pas ancrés à quoi que ce soit dans la nature. Le calendrier luni-solaire Biblique, au contraire, attache ses mois aux cycles de la lune. Une lunaison, comme l’année solaire, n’est pas un chiffre rond et contient 29,5 jours. Pour cette raison, certains mois ont 29 jours et d’autres mois ont 30 jours.

Sur une lunaison de 30 jours, le 30e jour vient entre le dernier Sabbat du septième jour du mois et le jour de Nouvelle Lune du mois qui suit. Il ne fait pas partie du cycle hebdomadaire, mais il est PAS un jour « blanc ». Il possède une date dans le cycle mensuel.

OBJECTION N°2: « Sur le calendrier lunaire, le jour du Sabbat dérive chaque mois. Le Sabbat hebdomadaire se produit sur différents jours de la semaine. Parfois, il est sur le Lundi, puis le mois suivant, il change au Mercredi et après cela au Jeudi. Il n’est jamais constant. »

luni-solar calendar, showing sabbaths on the 8th, 15th, 22nd, and 29th days of the monthRÉPONSE: La différence la plus notable entre le calendrier Grégorien et le calendrier Biblique se trouve dans le cycle hebdomadaire. Le calendrier Grégorien, comme le calendrier Julien avant lui, a un cycle hebdomadaire continu. Le calendrier Biblique, comme la plupart des anciens calendriers, n’en a pas.

C’est uniquement à cause de la différence des cycles hebdomadaires que le Sabbat lunaire semble flotter de mois en mois sur le calendrier Grégorien.

Le calendrier Biblique est très constant. Puisque le cycle hebdomadaire du calendrier Biblique redémarre avec la nouvelle lune, les dates du mois tombent toujours sur les mêmes jours de la semaine.

Ce n’est pas ainsi sur le calendrier solaire Grégorien. Le Sabbat du septième jour flotte de date, en date, et en date, chaque mois tout au long de l’année.

Loin de flotter à la dérive, le véritable Sabbat Biblique est très constant et tombe toujours sur les 8e, 15e, 22e et 29e jours du mois lunaire.

OBJECTION N°3: « Les Nouvelles Lunes ne peuvent pas être des Sabbats, tout simplement parce que la Bible donne de nombreux exemples de personnes qui voyagent ou travaillent aux jours de Nouvelle Lune! »

RÉPONSE: Il est vrai que la Bible donne des exemples de personnes voyageant ou construisant le tabernacle aux jours de Nouvelles Lunes. La raison en est que les Nouvelles Lunes ne sont pas des Sabbats du septième jour. Les diverses interdictions concernant le voyage et la cuisson pendant le Sabbat du septième jour n’étaient pas appliquées aux jours Nouvelle Lune.

Toutefois, les jours de Nouvelle Lune sont des jours d’adoration. Ils sont un temps de convivialité en famille. Un temps de réjouissance et de reconnaissance pour les bénédictions du mois passé et de consécration renouvelée pour le mois à venir. Les Nouvelles Lunes, en tant que jour d’adoration, sont dans une classe à part.

Ceci est démontré dans la liste des sacrifices requis énumérés dans Nombres 28 et 29. Les jours avec le moins de sacrifices requis étaient les jours de travail communs. Le Sabbat du septième jour avait plus de sacrifices exigés que les jours de travail ordinaires. Les jours de Nouvelle Lune avaient encore plus de sacrifices exigés que le Sabbat du septième jour. Seules les fêtes annuelles avaient plus de sacrifices quotidiens exigés que les Nouvelles Lunes.

L’Ecriture présente les Nouvelles Lunes comme un temps d’adoration pour l’avenir de l’éternité:

Et il arrivera que, de Nouvelle Lune en Nouvelle Lune, et de Sabbat en Sabbat, tout chair viendra se prosterner devant moi, dit Yahuwah. (Voir Ésaïe 66:23)

Tous ceux qui veulent adorer le Créateur le feront en Ses temps fixés: les temps hebdomadaires, mensuels et annuels désignés pour l’adoration.

OBJECTION N°4: « Cette idée de Sabbat lunaire se contredit! Si cette théorie était vraie, cela signifie que l’Exode serait arrivé un jour de Sabbat lunaire, brisant ainsi le Sabbat. »

RÉPONSE: Il est vrai que les Israélites quittèrent l’Egypte le 15e jour du Premier mois. Cependant, ils n’ont pas brisé le Sabbat, parce que les heures saintes étaient déjà passées au moment où ils sont partis.

Le récit Biblique fournit deux indices importants sur le déroulement de l’Exode.

Nombres 33: 3 nous donne la date de l’Exode:

« Ils partirent de Ramsès le premier mois, le quinzième jour du premier mois; le jour après la Pâque, les enfants d’Israël sortirent avec hardiesse, à la vue de tous les Egyptiens. » (Nombres 33:3)

Deutéronome 16:1 révèle que cela se produit de nuit:

Observe le mois des Épis, et la Pâque pour Yahuwah ton Elohim, car au mois des Épis Yahuwah ton Elohim t’a fait sortir d’Egypte pendant la nuit. (Voir Deutéronome 16:1)

La date de l’Exode était le 15e jour du mois des Épis, le premier mois, le jour après la Pâque. Dans un mois lunaire, le 15e jour est toujours un Sabbat du septième jour. Cependant, les Israélites partirent de nuit, après que les heures sacrées du Sabbat soient passées.

Il faut se rappeler que Yahuwah est le Législateur. Tout comme la vérité ne se contredit pas, Yahuwah qui EST Lui-même la Vérité, ne rompt jamais Ses propres lois.

OBJECTION N°5: « Le Samedi a toujours été le Sabbat du septième jour. En fait, le mot « Sabbat » a été conservé dans de nombreuses langues et il désigne toujours le Samedi du septième jour. »

RÉPONSE: Le fait que le mot « Sabbat » apparaisse dans de nombreuses langues n’est pas la preuve que le Samedi est le Sabbat Biblique. Cela prouve seulement la large diffusion du Christianisme paganisé. Le « Samedi », comme le cycle hebdomadaire continu, est un ajout relativement récent au calendrier.

Lorsque Jules César mis de côté le calendrier luni-solaire de la République Romaine et adopta un calendrier uniquement solaire, le calendrier Julien, la semaine avait huit jours, désignés A à H.

roman republic calendar

Reconstruction de Fasti Antiates, le seul calendrier de la République romaine qui subsiste encore. (Palazzo Massimo Alle Terme, éd. Adriano La Regina, 1998.)

Quand le culte à mystères Perse du Mithraïsme a gagné en popularité à Rome, la semaine planétaire païenne a été adoptée. C’était une semaine de sept jours commençant au dies Saturni, ou jour de Saturne. Le deuxième jour de la semaine était dies Solis, ou Jour du Soleil. Le troisième jour de la semaine était dies Lunæ, ou jour de la Lune. La semaine prenait fin au dies Veneris, ou Jour de Vénus qui est le Vendredi moderne.

L’adoption Romaine du Mithraïsme est directement responsable de l’abandon de la semaine Julienne de huit jours, et de l’adoption de la semaine planétaire de sept jours:

“On ne peut mettre en doute le fait que la diffusion des mystères Iraniens [Perses] a eu un rôle considérable dans l’adoption générale, par les païens, de la semaine avec le Dimanche come jour saint. Les noms que nous employons sans le savoir, pour les six autres jours, sont entrés en usage en même temps que le Mithraïsme a gagné ses adeptes dans les provinces de l’Ouest, et il n’est pas inconsidéré d’établir une relation de coïncidence entre son triomphe et ce phénomène concomittant.” (Robert L.Odom, Le Dimanche dans le paganisme Romain, p.157.)

mithra statue
Statue romaine de Mithra

Le Mithraïsme était un culte du soleil. Par conséquent, le Jour du Soleil est devenu de plus en plus important.

“La prééminence attribuée au dies Solis [jour du Soleil] a aussi certainement contribué à la reconnaissance générale du Dimanche comme un jour saint. Ceci est lié à un fait plus important, à savoir, l’adoption de la semaine par tous les pays Européens.” (Franz Cumont, Astrologie et Religion chez les Grecs et les Romains, p. 163.)

La semaine planétaire de sept jours a été nommée d’après les dieux planétaires. Lorsque cette semaine s’est répandue dans toute l’Europe, les noms des jours de la semaine se sont répandus avec elle.

Beaucoup de langues aujourd’hui montrent l’influence Catholique Romaine en renommant le premier jour de la semaine, Dimanche, le « Jour du Seigneur » et le Samedi, le septième jour de la semaine, «Sabbat». Cependant, ce ne sont PAS les noms d’origine des jours de la semaine.

“L’influence astrologique est manifestement encore plus prononcée autour des franges de l’Empire Romain, où le Cristianisme n’est arrivé que bien plus tard. L’Anglais, le Néerlandais, le Breton, le Gallois, et le Cornouaillais, qui sont les seules langues européennes à avoir conservé à ce jour les noms planétaires originaux de tous les sept jours de la semaine, sont toutes parlées dans les zones qui étaient libres de toute influence Chrétienne au cours des premiers siècles de notre ère, tandis que la semaine astrologique se répandait dans tout l’Empire.” (Eviatar Zerubavel, Le Cercle de Sept Jours: Histoire et Signification de la Semaine, p.24.)

Le Samedi, comme le calendrier Julien païen qui l’a adopté dans les premiers siècles de notre ère, est irrémédiablement païen. Il n’est pas le vrai Sabbat Biblique du septième jour et aucun changement de nom en « Sabbat » ne peut le transformer pour le faire devenir le véritable Sabbat Biblique.

“Les noms païens de la semaine planétaire ont été perpétués dans le calendrier en usage parmi les nations dites Chrétiennes. Chaque fois que nous regardons le calendrier, nous avons devant nous un rappel constant de la fusion du paganisme et du Christianisme, qui eut lieu comme résultat de la grande apostasie religieuse – cette « grande aposasie » annoncée par l’apôtre Paul, qui se produisit dans les premiers siècles de l’église Chrétienne et engendra la Babel moderne des sectes et croyances discordantes qui professent le nom du Christ.” (Robert L. Odom, Le Dimanche dans le paganisme Romain, p. 202.)

OBJECTION N°6: « Le cycle lunaire induit les gens à briser le réel Sabbat du septième jour qui remonte à la semaine de Création. »

RÉPONSE: C’est une supposition, basée sur une longue pratique, que la semaine ait poursuivi des cycles de façon ininterrompue depuis la Création. Cependant, la semaine moderne vient directement du paganisme. Depuis les noms des jours de la semaine, jusqu’au cycle hebdomadaire continu, les origines païennes de la semaine moderne peuvent être tracées. (La fausse idée du cycle hebdomadaire continu est également mise en évidence par l’artificielle Ligne de Date Internationale.)

La seule ressemblance avec la semaine Biblique se trouve dans le nombre de jours de la semaine. La semaine moderne et la semaine de Création ont toutes deux sept jours. Cependant, la semaine moderne est une tromperie Satanique spécifiquement conçue pour contrefaire la semaine Biblique.

La semaine planétaire a été standardisée au format moderne, débutant le Dimanche et se terminant le Samedi, au Concile de Nicée au quatrième siècle de notre ère.

Emperor Constantine the Great of Rome“En 321 après Jésus-Christ, Constantin, empereur de Rome . . . par des lois civiles a fait du « vénérable jour du Soleil », qui était alors un jour « remarquable pour sa vénération », le jour de repos hebdomadaire de l’empire. . . . L’application de la célébration hebdomadaire du Dimanche a donné une reconnaissance officielle à la semaine de sept jours et a abouti à l’introduction de celle-ci dans le calendrier civil officiel de Rome. Les Romains nous ont légué ce calendrier, et par lui nous avons encore les anciens titres planétaires des jours de la semaine.” (Robert L. Odom, Le Dimanche dans le paganisme Romain, p. 244.)

« Un culte de contrefaçon exige un calendrier de contrefaçon et le Concile de Nicée l’a fourni. Les calculs du calendrier Biblique ont été supplantés par les calculs du calendrier solaire païen, et la semaine planétaire a remplacé la semaine Biblique qui dépendait de la lune. » (Elaine Vornholt & LL Vornholt-Jones, La Fraude du Calendrier, p. 53.)

“Cette semaine planétaire était la contrefaçon païenne de la vraie, la semaine Biblique instituée par le Créateur au début de l’histoire de la Terre. Dans la semaine contrefaite utilisée dans l’ancien paganisme « le vénérable jour du Soleil » a été estimé par les nations au-dessus des six autres jours parce qu’il était considéré comme sacré pour le Soleil, le chef des divinités planétaires. . . . Tout comme le vrai Sabbat est inséparablement lié à la semaine Biblique, de même le faux Sabbat [Samedi] d’origine païenne avait besoin d’un cycle hebdomadaire. Ainsi, nous avons découvert que la semaine planétaire du paganisme est la sœur jumelle du Dimanche, et que les deux institutions contrefaites sont liées entre elles . . . . ” (Robert L. Odom, Le Dimanche dans le paganisme Romain, pp. 243-244.)

OBJECTION N°7: « Le conflit entre l’observance du Dimanche et l’observance du Sabbat a toujours concerné le jour communément appelé « Samedi ». Il n’y a aucune trace d’un conflit entre le Dimanche et un jour de Sabbat flottant, ni aucune trace de Chrétiens utilisant un calendrier différent « 

RÉPONSE: Cela n’est pas vrai et le récit historique le prouve. La transition de l’adoration par le calendrier Biblique à la pleine acceptation du calendrier païen n’a pas été un événement qui a eu lieu en une nuit, ni même sur la durée d’une vie humaine. Ce fut un processus de compromis progressif au cours des siècles. Dès que certains Chrétiens ont commencé à apostasier, embrassant divers aspects du paganisme, d’autres Chrétiens tinrent fermes pour la vérité, inflexibles face à une forte opposition.

“A chaque étape au cours de l’apostasie, à chaque étape franchie en adoptant les formes de l’adoration du soleil, et contre l’adoption et l’observance du Dimanche lui-même, il y a eu une protestation constante venant de tous les vrais Chrétiens. Ceux qui sont restés fidèles au Christ [le Sauveur] et à la vérité de la pure parole de. . . [Yahuwah] ont observé le Sabbat du Seigneur selon le commandement, et selon la parole de. . . [Elohim] qui énonce le Sabbat comme le signe par lequel le Seigneur, le Créateur des cieux et de la terre, se distingue de tous les autres dieux. Ceux-ci ont protesté par conséquent contre chaque phase et forme de l’adoration du soleil. D’autres ont fait des compromis, surtout à l’Est, en observant à la fois le Sabbat et le Dimanche. Mais dans l’ouest, sous les influences Romaines et sous la direction de l’église et de l’évêché de Rome, seule la journée du Dimanche a été adoptée et observée.” (AT Jones, Les Deux Républiques, pp. 320-321.)

Ce compromis graduel des Chrétiens avec une adoration à la fois au jour du Sabbat lunaire et au jour du Dimanche, d’autres au jour du Samedi et au jour du Dimanche, et certains au jour du Dimanche seul, a causé une grande confusion parmi les Mithraïstes païens.

Tertullien, un auteur Chrétien des premiers siècles, a admis ce fait. Il a clairement déclaré que les Chrétiens qui adoraient le jour de Saturne (Samedi) comme le septième jour de la semaine étaient eux-mêmes en train de dériver d’une coutume Israélite à propos de laquelle ils étaient ignorants.

« Nous serons pris pour des Perses [Mithraïstes], peut-être. . . La raison pour cela, je suppose, est que l’on sait que nous prions vers l’est. . . De même, si nous consacrons le jour du Soleil à la fête (pour une raison bien différente de l’adoration du Soleil), nous sommes à la deuxième place de ceux qui consacrent le jour de Saturne, eux-même aussi dérivant d’une coutume Juive dont ils sont ignorants. » (Tertullien, Apologie.)

mithra statue
Un bâton calendrier trouvé dans les Thermes de Titus représentant Samedi (ou dies Saturni – le jour de Saturne) comme premier jour de la semaine planétaire païenne (construits en 79 – 81 après JC).

La coutume d’adorer au jour de Saturne, devenu le septième jour après avoir été déplacé de la première à la dernière journée de la semaine, était basée sur la coutume Israélite d’adorer au Sabbat du septième jour. Cependant, le Samedi lui-même n’était pas le Sabbat Hébreu puisque les cycles hebdomadaires étaient différents.

Une preuve supplémentaire de Chrétiens utilisant à la fois le calendrier Biblique et le calendrier païen Julien peut être trouvée dans diverses inscriptions anciennes sur sépulcres. Une des plus anciennes inscriptions funéraires date de 269 après JC. Elle déclare:

Sous le consulat de Claudius et Paternus, au Nones de Novembre, au jour de Vénus, et au 24e jour du mois lunaire, Leuces a placé [ce mémorial] pour sa très chère fille Severa, et pour Ton Esprit Saint. Elle est morte [à l’âge] de 55 ans, et 11 mois [et] 10 jours. (E. Diehl, Inscriptiones Latinae Christianae Verteres, p. 193.)

Ceci est une confirmation étonnante de l’utilisation Chrétienne des mois lunaires. Le « Nones » de Novembre est le 5 Novembre qui, cette année, est tombé le jour de Vénus, ou Vendredi. Cependant, le 24e jour du mois lunaire tombe le deuxième jour de la semaine!

Les faits historiques révèlent que le Samedi n’est rien de plus qu’un jour de la semaine planétaire païenne, honorant le dieu planétaire assoiffé de sang, Saturne.

L’acceptation répandue de la tradition a en conduit beaucoup à supposer que leurs croyances sont basées uniquement sur les Écritures quand, en fait, de nombreuses croyances sont simplement d’anciennes coutumes transmises par les païens.

Chacun a la responsabilité solennelle d’étudier toute croyance pour soi-même. Personne ne devrait prendre position contre la vérité du calendrier Biblique jusqu’à ce qu’une étude approfondie du sujet ait été faite. L’Écriture met en garde toute personne prenant une position hâtive et dogmatique avant même de rechercher la vérité:

« Celui qui répond avant d’avoir écouté fait un acte de folie et se couvre de honte. » (Proverbes 18:13, SG21)

Le Sabbat, qui est le signe de loyauté envers le Créateur, est d’une importance primordiale pour tous ceux qui vivent sur la terre. Par conséquent:

Étudie et « Efforce-toi d’être digne d’approbation aux yeux de [Elohim], comme un ouvrier qui n’a pas à rougir de son ouvrage, en annonçant correctement le message de la vérité. » (Voir 2 Timothée 2:15, FRC97)

Allez-vous accepter le défi du Ciel d’étudier pour vous-même?

Allez-vous chercher pour trouver et observer le véritable Sabbat du septième jour?


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *