Radio MCR

Radio partenaire

En ce moment

Titre

Artiste


L’esprit du chrétien N°2

Écrit par sur 25 juin 2021

Il y en a trop parmi ceux qui professent être des disciples du Christ qui cherchent à excuser leurs propres défauts en magnifiant les erreurs des autres. La plus grande preuve de noblesse chez un chrétien est la maîtrise de soi. Nous devrions suivre l’exemple de Jésus, car lorsqu’il a été injurié, il n’a pas recommencé, mais il s’en est remis à Celui qui juge avec justice. Notre Rédempteur a répondu aux insultes et aux moqueries par un silence sans complaisance. Toutes les cruelles railleries de la foule meurtrière qui se réjouissait de son humiliation et de son procès dans la salle du jugement, ne pouvaient lui arracher un regard ou une parole de ressentiment ou d’impatience. Il était la majesté du ciel, et dans sa poitrine pure, il n’y avait pas de place pour l’esprit de vengeance, mais seulement pour la pitié et l’amour. Il y a un temps où le silence est d’or. Nous devrions toujours copier la vie de Jésus, car nous devons lui ressembler. Il nous aime en dépit de nos défauts et de nos lacunes. Ne pensons pas que l’une des grâces du Christ est dépeinte sans que nous en tirions une leçon. L’amour pur ne pense pas au mal. Lorsque nous nous imaginons constamment que nous ne sommes pas appréciés et que nous sommes à l’affût d’affronts, nous nous faisons du tort à nous-mêmes et aux autres. Nous devons nous oublier dans un service d’amour pour les autres.

Si vous pensez que votre frère vous a blessé, allez vers lui avec gentillesse et amour, et vous pourrez arriver à un accord et à une réconciliation. Quand tu t’occupes de celui qui est dans l’erreur, tu dois toujours avoir à l’esprit que tu as affaire au Christ en la personne de ses saints. Si vous parvenez à régler le problème, vous avez gagné votre frère sans exposer ses faiblesses, et le règlement entre vous a permis de couvrir une multitude de péchés à l’abri des regards des autres. Les autres n’auront pas besoin de connaître votre difficulté, et seront ainsi mis en garde pour surveiller avec suspicion tout ce que peut faire celui que vous croyez fautif, et mettre une mauvaise interprétation sur ses motifs.

« Je vous le dis, le ciel se réjouira d’un seul pécheur qui se repent, plus que de quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de se repentir. » Si le pécheur se repent à cause de votre admonition gentille et aimante, le travail a été fait pour l’éternité. Il y a un grand besoin d’appliquer l’instruction du Christ d’une manière précise, en agissant selon la parole de notre Maître. C’est vivre la loi de Dieu. En agissant ainsi avec nos frères, nous pouvons faire sur les autres une impression qui ne s’effacera jamais de leur mémoire. Il se peut que nous ne nous souvenions pas d’un acte de bonté que nous avons accompli, qu’il s’efface de notre mémoire ; mais l’éternité fera ressortir dans toute sa splendeur chaque acte accompli pour le salut des âmes, chaque parole prononcée pour le réconfort des enfants de Dieu ; et ces actes accomplis pour l’amour du Christ feront partie de notre joie pour toute l’éternité. Lorsque nous poursuivons envers nos frères une voie autre que celle de la gentillesse et de la courtoisie, nous poursuivons une voie non chrétienne. Nous devons faire preuve de courtoisie à la maison, à l’église et dans nos rapports avec tous les hommes. Mais nous devons surtout faire preuve de compassion et de respect envers ceux qui donnent leur vie pour la cause de Dieu. Nous devrions exercer ce précieux amour qui souffre longtemps et qui est bon, qui n’est pas envieux, qui ne se vante pas, qui ne s’enfle pas, qui ne se conduit pas de manière inconvenante, qui ne cherche pas son propre intérêt, qui n’est pas facilement provoqué, qui ne pense pas au mal. Dieu voudrait que ses serviteurs se montrent toujours sous leur meilleur jour, tant à la maison qu’en société ; et là où Jésus règne dans le cœur, il y aura un doux amour, et nous serons tendres et fidèles les uns aux autres. Il faut une vigilance particulière pour garder les affections vivantes, et nos cœurs dans un état tel que nous soyons sensibles au bien qui existe dans le cœur des autres. Si nous ne veillons pas sur ce point, Satan mettra sa jalousie dans nos âmes ; il mettra ses lunettes devant nos yeux, afin que nous voyions les actions de nos frères sous un jour déformé. Au lieu de porter un regard critique sur nos frères, nous devrions tourner nos yeux vers l’intérieur, et être prêts à découvrir les traits répréhensibles de notre propre caractère. Lorsque nous aurons pris conscience de nos propres erreurs et échecs, les erreurs des autres deviendront insignifiantes.

Satan est un accusateur des frères. Il est à l’affût de toute erreur, aussi petite soit-elle, afin d’avoir quelque chose sur quoi fonder une accusation. Ne vous mettez pas du côté de Satan. Il est vrai que vous ne devez pas donner l’occasion de critiquer. Un moment de pétulance, une seule réponse bourrue, le manque de politesse et de courtoisie chrétienne dans une petite affaire, peuvent entraîner la perte d’amis, la perte d’influence. Dieu veut que vous vous montriez sous votre meilleur jour en toutes circonstances, en présence de ceux qui vous sont inférieurs comme en présence de vos égaux et de vos supérieurs. Nous devons être des disciples du Christ en tout temps, cherchant son honneur, cherchant à le représenter correctement de toutes les manières, afin d’être des lumières dans le monde, manifestant les louanges de celui qui nous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. Nous ne devons pas exalter nos propres opinions au-dessus de celles des autres. Si nos idées sont supérieures à celles des autres, cela se manifestera sans effort particulier de notre part. Les personnes douées de discernement ne manqueront pas de s’en rendre compte et d’apprécier le fait, et nous recevrons le crédit auquel nous avons droit. Dieu nous demande de venir à lui pour la sagesse, afin que nous puissions répandre sur les autres l’influence vivifiante du Saint-Esprit, et non l’influence de la haute opinion que nous avons de nous-mêmes. Nous devons venir à Dieu pour sa grâce, afin que nous puissions le magnifier et l’honorer, et non nous louer nous-mêmes, mais être capables de transmettre des impulsions nouvelles et nobles à ceux qui nous entourent. Dieu tient compte de tout ce que nous faisons et disons en cherchant à éduquer les hommes à élever leur cœur vers lui dans la gratitude et la louange. Que le moi disparaisse et que Jésus apparaisse comme celui qui est tout à fait beau. Nous devons chercher à vivre pour sa seule gloire, et non pour que les hommes nous louent. Nous devons chercher à accomplir l’œuvre de Dieu en toute humilité, en douceur et en humilité de cœur, en travaillant comme le Christ a travaillé, et les anges veilleront sur nous, et porteront les nouvelles de notre fidélité à Dieu et aux hommes, jusque dans les cours de la lumière.

EGW


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *